Federico Fellini, un cinéaste essayiste

Federico Fellini:  Collaborateur scénaristique puis ScénaristeAssistant réalisateur puis RéalisateurAdaptateur, Décorateur, Interprète, Auteur de l’oeuvre originale, DialoguisteProducteur associé et Producteur.

 

Federico Fellini (Rimini 1920 – Rome 1993) est donc un réalisateur de cinéma et scénariste italien né à Rimini ; il a vécu à Rome depuis l’âge de 19 ans et jusqu’à sa mortà l’âge de 73 ans . Il est l’un des plus grands et célèbres réalisateur de l’histoire du cinéma, il a gagné la Palme d’or au Festival de Cannes 1960 pour La Dolce Vita.   

Le film La Dolce Vita, sorti initialement en France sous le titre La Douceur de vivre, est un film italo-français de Federico Fellini, sorti en 1960. Ce film marque un tournant dans la filmographie de Federico Fellini. Il fait suite à trois films proches du néoréalisme : La Strada (1954), Il Bidone (1955) et Les Nuits de Cabiria (Le Notti Di Cabiria) (1957) et inaugure le vocabulaire cinématographique personnel qui deviendra définitivement la marque de fabrique « fellinienne » des films de la maturité.   

Pour Larousse : « Federico Fellini, cinéaste italien visionnaire et ironique, créateur de fresques baroques où s’exprime tout un univers de fantasmes et de réminiscences, il peint la solitude de l’homme face à une société en décadence ».   

En 1993, il a reçu l’Oscar d’honneur pour la carrière, « en appréciation de l’un des maîtres-conteurs de l’écran ». Alors qu’il est classé par les critiques de cinéma  comme cinéaste essayiste.   

Qu’est-ce qu’un essai cinématographique ?

 De façon générale, un essai (littéraire, historique, scientifique, politique, etc.) est une œuvre de réflexions débattant d’un sujet donné selon le point de vue de l’auteur. Contrairement à une étude, l’essai peut être polémique ou partisan. Donc c’est un genre d’écriture qui se prête à la réflexion. Mais peut-on parler de l’essai comme genre cinématographique ?   

Les objectifs de l’essai  sont les suivants :   

  • Un essai est une prise de parole (désir de communiquer).
  • C’est créer son propre sens d’un sujet et le proposer aux lecteurs (ou spectateurs).
  • L’essai est un écrit (ou un film) est à la fois près de l’ego et de l’altruisme.
  • Il peut être à la fois très réaliste ou complètement utopiques et idéalistes.
  • Ecrire un essai (ou faire un essai cinématographique) c’est pour préciser sa place dans monde et pour donner sa vision du monde.

De par son héritage de l’écriture, l’essai au cinéma se définit comme étant une démarche introspective, c’est-à-dire une expérience dont le but est de prendre la mesure de sa propre pensée. L’essayiste n’est en aucun cas gouverné par des règles établies : « l’essayiste et l’artiste travaillent sans règle afin d’établir les règles de ce qui aura été ».   

Mais le jury de l’Oscar d’honneur pour la carrière qualifie Fellini de « conteur de l’écran ». Raconter son expérience est-il réfléchir rationnellement ? En fait, il n’est pas exact qu’en rapportant une expérience, on n’y réfléchit pas. Raconter une histoire, c’est offrir un certain type d’explication. Plusieurs versions différentes d’un même événement peuvent être en désaccord. Certains faits objectifs permettent souvent de préférer une version plutôt qu’une autre. D’autre part, toute explication n’est pas nécessairement une explication causale.   

Par conséquent, on peut donc réfléchir dans un essai cinématographique autrement que rationnellement : c’est le cas du film de Federico Fellini Roma. Ainsi, Fellini est plus qu’un simple conteur, il est considéré les critiques de cinéma comme cinéaste essayiste.   

Les périodes de la vie de Federico Fellini :

Federico Fellini (Plus jeune)

On distingue 3 grandes périodes dans la vie de Fellini (issu de la petite bourgeoisie italienne, sa naissance à Rimini en Italie, le 20 janvier 1920) :   

1°- Sa prime enfance et jeunesse jusqu’à son départ à Rome en 1939 (juste au début de Seconde Guerre mondiale).   

2°- Exploration et expérimentation à la recherche d’une expression artistique à Rome pendant la guerre et l’après-guerre (1939-1950).   

Federico Fellini entame une carrière de journaliste. Puis il se lance rapidement dans l’écriture de scénarios. Il fait la connaissance d’une jeune actrice, Giulietta Masina, qu’il épouse en 1943. A la même époque, il fait deux autres rencontres déterminantes : celles de deux réalisateurs Roberto Rossellini puis d’Alberto Lattuada. Pour le premier, il co-écrit le scénario de Rome, ville ouverte (1945) [1] et pour le second celui de Sans pitié (1948). En 1948, il participe à l’écriture du film à sketches de Roberto Rossellini et Marcello Pagliero, Amore.   

3°- Maturité et implication dans le cinéma comme réalisateur (1950-1969), puis comme cinéaste essayiste (1970-1993), (mort à Rome, le 31 octobre 1993).   


[1] – Ce film raconte l’histoire d’un groupe d’Italiens vivant l’occupation nazie de 1944. Alors, Rome est déclarée « ville ouverte ». Les résistants sont incarnés par une mère et son fils, un typographe, un militant communiste et un prêtre catholique. La dénonciation et la pauvreté sont deux thèmes importants de ce long métrage qui s’inscrit dans le mouvement du néoréalisme italien d’après-guerre. Pour le scénario, Rossellini, aidé par Sergio Amidei et de Federico Fellini, alors jeune journaliste à Rome à l’époque de l’occupation, s’est inspiré d’histoires vraies.

Abdelkarim Fourati

Cet article a été publié dans Cinéma italien, Federico Fellini, Tous Cinémas nationaux :. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s